Un matin au cimetière du Père Lachaise

Le 21 mai 1804, une petite fille morte à l’âge de cinq ans « inaugura » ce qui allait devenir le plus célèbre cimetière de Paris, de France et sans doute du monde : le cimetière du Père La Chaise. Ce père La Chaise, dont la famille posséda les terres sur lesquelles se trouve ce cimetière, était le confesseur de Louis XIV. Tâche assurément redoutable et qui demanda sans doute beaucoup de peine, de force et de témérité à ce père. Pourtant, tous ces efforts ne lui apportèrent rien en renommée. Son nom est devenu célèbre en étant associé à un lieu dont la vocation actuelle était et restera à jamais inconnue de ce prêtre.

Cimetière dessiné comme un jardin à l’anglaise, lieu où se bousculent pour une dernière fois les célébrités, lieu où les tombeaux par leur âge et leur délabrement possèdent un air d’antique, lieu où l’irrespect de nombreux visiteurs envers les morts se manifeste en permanence, lieu classé monument historique, lieu de rêverie, de surprise, de mystère, de spiritisme, de revendication sociale, lieu incontournable !

Souvent, je me plais à comparer le cimetière du Père Lachaise au cimetière monumental de Milan. L’un est comme l’envers, le négatif de l’autre. Autant le cimetière de Milan affiche sa superbe, met en valeur le respect pour les défunts, autant le père Lachaise s’effondre année après année dans une désolation romantique : glissements de terrain, racines d’arbres traversant les tombeaux sans ménagement, portes des chapelles défoncées par des rodeurs, murs graphités, concession à l’état d’abandon… Chaque cénotaphe éventré, chaque chapelle ouverte, chaque caveau béant est aussitôt rempli de détritus.

Pourtant cette désolation ne parvient pas à ternir la splendeur de ce cimetière. Quelquechose de supérieur, d’intemporel frappe le visiteur. Ici, les siècles se reposent. Ici, la vanité redevient poussière. Ici, la matière inerte de la pierre hurle sa supériorité sur le monde du vivant : elle lui survit, non seulement elle perpétue le souvenir de celles et ceux qui furent, mais elle se substitue à eux. La pierre, le marbre, le métal, le verre sont les nouveaux visages des défunts qui défient les vivants en leur posant une question muette et pourtant si criante, si inévitable : à quand votre tour ?

Je suis souvent venu me perdre dans les allées de ce cimetière. Au hasard de mes errances, je suis tombé sur un caveau éventré laissant apparaitre un cercueil de plomb. J’ai situé dans ce cimetière l’action d’une nouvelle (« Le collier » dans « Monochrome Killer et autres clefs »  sur http://editionsqsb.wordpress.com/ ) et tout dernièrement je me suis armé de mon appareil photo, le temps d’une matinée pour y faire quelques clichés.

Cette exposition retrace mon parcours. Ces images sont comme autant d’objets extirpés d’un vieux grenier. Ici, la main qui s’est saisie de ces objets aura été mon regard. Ici, le vieux grenier aux souvenirs est le cimetière du Père Lachaise.

Bonne visite.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Si vous voulez, de chez vous, déambuler dans ce lieu fascinant, histoire de préparer votre visite (car rien ne vaut une visite réelle), vous pouvez aller sur le site suivant qui propose une intéressante visite virtuelle du cimetière du Père Lachaise : http://www.pere-lachaise.com/

Publicités

Une réflexion sur “Un matin au cimetière du Père Lachaise

  1. J’ai aussi beaucoup aimé déambuler dans le cimetière du père Lachaise, et je retrouve bien son ambiance si particulière dans tes photos.
    J’avais en particulier été frappée par le fait que « Nul n’est prophète en son pays » même par-delà la mort, ainsi la tombe d’Allan Kardec – père du spiritisme – fait l’objet de nombreux pèlerinages d’étrangers, Amérique du Sud en particulier, alors qu’il est tombé dans l’oubli en France…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s